133 rue champolion
+33 125852427 info@mylittlecar.fr

Twingo III : on m’aurait mentie ?

Twingo III escarpin

20 ans qu’elle sillonne nos routes avec sa bouille ronde et ses couleurs flashys !

Twingo III escarpinQue l’on aime ou pas la Twingo, on ne peut pas jeter la pierre sur le coup de maître qu’elle fût à son lancement : couleurs décalées et flashys, habitabilité record, compacte… Certes les premiers moteurs étaient hérités de la 4L, l’Austin Mini et ses roues aux 4 coins était un peu sa grand-mère « so british » mais peu importe elle est vite devenue une coqueluche au capital sympathie à la hauteur de l’enthousiasme qu’elle dégageait.
Puis est arrivée la 2nde génération, et là on s’est demandé si Renault avait bien précisé sur le cahier des charges la référence à « Twingo »… Tous les avantages de la 1ère génération ou presque étaient devenus dans la norme du marché, bien mais pas suffisant, correct mais pas attirant. Quel ennui, quelle déception !

Twingo III, où quand Renault nous mélange du « né rétro » avec un come-back au racines du modèle initial

Twingo III arrière

Conscientes du flop d’image de Twingo II, les équipes produits de Renault ont voulu, à juste titre, nous refaire le coup de la vraie, l’originale Twingo, celle dans laquelle on dormait, la citadine gaie à tout faire. Alors qu’en en ce début d’année pour le salon de Genève la 3ème génération a été dévoilée, tout le monde s’accordait à dire que l’on retrouvait enfin son vrai esprit, bien aidé par le designer en chef maison, un des plus doués du moment. Mais, nous aurait-on menti ? La Twingo que l’on aime, c’est cette voiture joyeuse, se faufilant partout, se garant dans un mouchoir de poche. Sur ces points mission accomplie : les couleurs sont au rendez-vous, la mode de la personnalisation à outrance en rajoute une couche, et le fait d’avoir une Smart comme cousine (désolé pour faire un peu de technique les filles) nous dit moteur en position arrière et donc record de maniabilité et reine du demi-tour dans les rues étroites !
Sauf que Twingo ce n’est pas que cela. C’est une forte identité visuelle, rien à redire pour l’avant, respectée. Mais quel mensonge pour l’arrière ! En quoi Renault avait besoin de puiser dans son historique R5, quel intérêt ?

Sièges Twingo IIITwingo c’est aussi une habitabilité record, et sur ce coup là, encore raté. Au-delà des sièges avant, intégrant en une pièce dossier et appuie-tête, cachant toute visibilité et cassant le volume intérieur de l’auto, clairement Renault peut revoir sa copie.
Enfin Twingo c’est la simplicité. Faire vos niveaux sous le capot avant avec cette cinématique digne d’un mauvais bricolage, pas pour nous les femmes ! Encore un délire d’ingénieur ! Quant à l’accès moteur au fond du coffre, no comment.

J’achète une Twingo III ou une « la plus petite des Renault » ?

Entre le communiqué de presse de lancement du modèle qui m’avait enthousiasmée et la dure réalité de voir l’auto devant moi, qu’elle ne fut pas ma déception. Donc non je n’achète pas une Twingo III car ce n’est pas une Twingo. Mais oui j’achète « la plus petite des Renault » car elle est tout de même pleine de qualités, et c’est une spécialité de la marque au losange. Quoiqu’il arrive, vous n’achèterai pas une « nouvelle » Twingo.

Modularité Twingo III

Incoming search terms:

  • sièges de la twingo
Faites connaître cet article aussi à vos amies!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>